•  

    Méditation...?!

    On parle de quoi?
    La méditation est une pratique d'hygiène mentale.
    Elle développe la relaxation la concentration et la conscience d'être.
    Elle change notre vie et notre vision du monde.

    On pratique ou?
    De préférence dans un endroit calme.
    Au bureau...
    Dans les transports...
    A la pause de midi...
    Dans un jardin public...

    On pratique dans quelles positions?

    Assis:
    On trouve un siège ou un coussin posé sur le sol, confortable mais pas trop sinon le sommeil va nous envahir. Assis dans la position ou nous sommes le plus confortable, le dos droit mais pas tendu. les mains réunies la gauche dans la paume de la droite. Le corps doit être détendu!

    Debout:
    En marchant sur une surface plane, sans danger.

    On pratique avec qui?
    De préférence avec une personne qui pratique depuis de nombreuses années.
    Elle pourra nous guider, nous conseiller.
    Pratiquer en petit groupe est stimulant et positif.

    On pratique régulièrement?
    On peut se retrouver chez l'une ou l'autre tous les jours ou tous les 2 jours.
    Et se retrouver à un cours collectif toutes les semaines.

    On pratique comment?
    A chaque respiration on peut sentir le vent léger glisser sur nos parois nasales.
    Prêter attention à cette sensation nous ramène au moment présent, nous sommes en méditation.



    On peut aussi compter lentement dans sa tête de 1 à 10 et recommencer. Si des pensées interviennent et nous font perdre le fil on recommence à 1.  En étant conscient de chacun de nos mouvements, gestes et pensées, nous sommes en méditation.

    On pratique...?
    Car sans pratique la méditation n'existe pas.
    Si on lit et/ou discute de la méditation sans pratiquer on perd son temps!
    La pratique est simple il faut la mettre en oeuvre, y dévouer du temps de la patience, de la volonté, de la foi, de l'amour...

    On progresse?
    Oui petit à petit, et à des vitesses différentes pour chaque être humain.
    On ressent les progrès sous diverses formes...
    Au fil de la pratique notre concentration augmente, s'affine. Notre corps devient plus détendu, plus calme. On arrive a prendre plus facilement de la distance.
    A nous d'en découvrir les autres formes...

    On peut pratiquer où?
    Sur internet on peut trouver des lieux d'enseignements.
    On peut aussi suivre les enseignements de Thich Nhat Hanh
    http://www.villagedespruniers.net/
    Ou d'autre maîtres.

    On choisi comment une école où un maître?
    On essaye!
    On va visiter les lieux, discuter avec les pratiquants, assister à des séances...
    Si on se sent bien dans le groupe et avec le guide ou maître on se lance on essaye. Et si on ne se sent pas en phase avec la méthode, le groupe... On va jeter un coup d'oeil ailleurs.

    On Paye?
    Par principe la méditation, son enseignement, ne sont pas ou ne devrait pas être une pratique commerciale!
    Suivant l'endroit où l'on pratique on peut avoir à régler des frais pour la location des lieux, le chauffage, etc.
    Si l'on pratique dans un cadre religieux on peut faire des dons... raisonnables!
    Soyons prudent et évitons les arnaques.

    On a d'autres questions?
    N'hésitez pas, on essaiera d'y répondre.


    votre commentaire
  • .........................................................................................................................................

    ARTICLE ECRIT PAR NISARGADATTA MAHARAJ

    .........................................................................................................................................

    A partir du moment où l'être humain devient conscient, il cherche à être de plus en plus heureux. C'est l'origine de toutes les formes d'activité dans l'univers. C'est ainsi que l'univers lui-même a atteint l'existence, par l'intermédiaire de la forme atomique (atmique) de la conscience. Mais quelle est cette conscience atomique ? Il n'y avait rien - pas même rien, aucun semblant - avant qu'apparaisse la connaissance de soi. Dans cet état sans état s'est dressé la connaissance de l'existence, la prise de conscience de son propre être.

    En fait, il n'y avait ni temps, ni espace, ni cause. La conscience était sans cause, il est donc futile de vouloir en chercher une. Il n'avait pas de temps, on ne peut donc pas la dater. Il n'y avait pas d'espace, on ne peut pas non plus la situer. Voilà pourquoi les Védas, Shrutis et les grands yogis, comme Shankara, déclarent, s'appuyant sur l'expérience intuitive, qu'il n'y a ni cause, ni temps, ni espace. Il n'y avait pas non plus de soleil, car il n'y avait pas d'espace lui permettant d'exister, et pourtant la conscience atomique était là, elle était ressentie comme telle et il n'y avait rien d'autre.

    Pourquoi ? Parce qu'il n'y avait rien, ni au-dessus, ni au-dessous, à même d'en prendre conscience. Seule la conscience d'être était là. Combien de temps a duré cet état ? Il n'existe aucune possibilité de réponse. Le grand miracle est que cet état d'existence était présent et avec lui un désir cosmique et sa réalisation immédiate. C'est ainsi que le miracle s'est matérialisé, miracle désigné plus tard par le mot Dieu....

    Texte écrit en marathi par Nisargadatta Maharaj dans les années 50
    Traduction de Paul Vervisch 

    Suite sur:

    ........................................... http://www.inner-quest.org/Nisargadatta.htm ...........................................



    votre commentaire
  • Sin Sin Ming
    Par le Vénérable Shinjin

    L'inscrit sur l'Esprit en la Confiance sereine

    La Parfaite Voie ne connaît nulle difficulté
    Sinon qu'elle se refuse à tout attachement.
    Ce n'est qu'une fois libérée de la haine et de l'amour
    Qu'elle se révèle pleinement et sans masque.

    Une différence d'un dixième de pouce d'avec elle
    Et le ciel et la terre se trouvent séparés.
    Si vous voulez voir la Parfaite Voie manifestée,
    Ne concevez aucune pensée ni pour ni contre quoi que ce soit.
    Opposer ce que vous aimez à ce que vous n'aimez pas
    Voilà la maladie de l'esprit.

    Lorsque le sens profond (de la Voie) n'est pas compris
    La paix de l'esprit est troublée et rien n'est gagné.
    La Voie est parfaite comme le vaste espace,
    Rien n'y manque, rien n'y est superflu.

    C'est parce que l'on fait un choix
    Que sa vérité absolue se trouve perdue de vue.
    Ne poursuivez pas les complications extérieures,
    Ne vous attardez pas dans le vide intérieur.

    Lorsque l'esprit reste serein dans l'unité des choses
    Le dualisme s'évanouit de lui-même.
    Et quand l'unité des choses
    N'est pas comprise jusqu'au fond,
    De deux façons la perte est supposée.

    Le déni de la Réalité peut conduire à son absolue négation,
    Alors que le fait de soutenir le Vide
    Peut résulter en une contradiction avec soi-même.

    Phraséologie, jeux de l'intellect, plus nous nous y adonnons
    Et plus loin nous nous égarons.
    Eloignons nous donc de la phraséologie
    Et des jeux de l'intellect.

    Il n'est nulle place où
    Nous ne puissions librement passer ;
    Lorsque nous remontons à la racine
    Nous obtenons le Sens.
    Lorsque nous poursuivons les objets extérieurs
    Nous perdons la raison.

    Au moment où nous sommes Illuminés en nous-mêmes
    Nous dépassons le vide du monde qui s'oppose à nous.
    Les transformations qui se déroulent dans le monde vide
    Qui se trouve devant nous semblent toutes réelles
    A cause de l'Ignorance.

    N'essayez pas de chercher la Vérité,
    Cessez simplement de vous attacher à des opinions.
    Ne vous attardez pas dans le dualisme,
    Evitez avec soin de le poursuivre.
    Aussitôt que vous pensez en bien et en mal
    La confusion s'ensuit et l'esprit est perdu.

    Dans l'unité du Vide, les deux sont un
    Et chacun des deux contient en soi
    Toutes les dix mille choses.
    Lorsque nulle discrimination n'est faite entre ceci et cela,
    Comment une vision partiale et préconçue peut-elle surgir ?

    La grande Voie est calme et large d'esprit,
    Rien n'est facile, rien n'est dur.
    Les petites opinions sont irrésolues,
    Plus elles sont hâtivement adoptées
    Et plus tard elles disparaissent.

    L'attachement passionnel ne reste
    Jamais dans de justes limites,
    Il est sûr de se lancer dans la fausse voie.
    Lâchez prise, laissez les choses comme elles sont
    Leur essence ne part et ne subsiste pas.

    Obéissez à la nature des choses
    Et vous êtes en accord avec la Voie,
    Calme, détendu, exempt de tout ennui.

    Mais quand vos pensées sont liées,
    Vous vous détournez de la Vérité ;
    Elles deviennent plus lourdes,
    Plus sombres et cessent d'être saines.
    Et lorsqu'elles ne sont pas saines, l'âme est troublée.

    Quel avantage y a-t-il à avoir l'esprit partial et préconçu ?
    Si vous désirez parcourir le chemin du Grand Véhicule,
    N'ayez aucun préjugé contre les six objets des sens.
    Lorsque vous n'aurez plus de préjugés
    Contre les six objets des sens,
    Vous vous identifierez à votre tour avec l'Illumination.

    Les sages sont non-agissants,
    Alors que les ignorants s'enchaînent eux-mêmes.
    Tandis que dans le Dharma lui-même
    Il n'y a nulle individualisation (ou ego).

    Ils s'attachent par ignorance aux objets particuliers,
    Car ce sont leurs propres esprits qui créent les illusions.
    N'est-ce pas là la plus grande des contradictions ?

    L'ignorance suscite le dualisme du repos et du non-repos,
    Ainsi, ceux qui sont Illuminés n'ont ni attachement ni répulsion.
    Toutes les formes du dualisme,
    C'est l'esprit lui-même qui les invente par ignorance.
    Elles sont comme des visions et des fleurs dans les airs.

    Pourquoi nous mettrions-nous dans le trouble
    En essayant de les saisir ?
    Gain et perte, justice et injustice,
    Qu'ils disparaissent une fois pour toutes !

    Si un oeil ne tombe jamais endormi
    Tous les rêves cesseront d'eux-mêmes :
    Si l'esprit conserve son unité.
    Les dix milles choses sont d'une seule et même essence.

    Lorsque le profond mystère de cette essence est sondé
    D'un seul coup, nous oublions les complications extérieures.
    Lorsque les dix mille choses
    Sont envisagées dans leur unité,
    Nous retournons à l'origine de ce que nous sommes.

    L'ultime but des choses,
    Là où elles ne peuvent pas aller plus loin,
    N'est pas limité par les règles et les mesures.
    L'esprit en harmonie avec la Voie
    Est le principe d'identité.
    Dans un état de quiétude.

    Les irrésolutions sont complètement chassées
    Et la juste confiance est restaurée dans sa droiture originelle.
    Rien n'est retenu maintenant,
    Il n'est plus rien dont on doive se souvenir,
    Tout est vide, limpide
    Et porte en soi un principe d'Illumination.

    Il n'y a pas de tâche, pas d'effort,
    Ni de gaspillage d'énergie.
    Voici où la pensée ne parvient jamais,
    Voici où l'imagination ne parvient pas à évoluer.
    Dans le plus haut royaume de l'Essence Vraie,

    Il n'y a ni Autre ni Soi.
    Lorsqu'on réclame une identification directe,
    Nous ne pouvons que dire "pas deux".
    Et n'étant pas deux, tout est le même
    Et tout ce qui est s'y trouve compris,
    Dans les dix quartiers de la terre.

    Tous les sages entrent dans cette confiance absolue.
    Cette confiance absolue est au-delà du temps et de l'espace
    Un instant y est dix mille années,
    Peu importe comment les choses sont conditionnées
    Que ce ne soit pas "être" ou "ne pas être",
    Tout cela est manifeste partout devant vous.

    L'infiniment petit est aussi vaste que peut être l'immensité
    Lorsque les conditions extérieures sont oubliées :
    L'infiniment grand est aussi petit
    Que l'infiniment petit peut l'être.

    Lorsque les limites objectives sont reléguées hors de la vue,
    Ce qui est, est la même chose que ce qui n'est pas,
    Ce qui n'est pas est la même chose que ce qui est.
    Lorsque cet état de choses manque de se produire,
    Ne vous attardez surtout pas.

    Un en Tout - Tout en Un !
    Si seulement cela est réalisé,
    Ne vous tourmentez plus alors sur votre imperfection.
    L'esprit confiant n'est pas divisé
    Et indivisé est l'esprit confiant.

    C'est là que les mots sont impuissants,
    Car, cela n'est ni du passé, ni du futur ni du présent.
    Ainsi, nous ne pouvons pas dire "pas de Dualité".

    Sengtsan (maître Tch'an) mort vers 606.

    http://www.buddhaline.net/spip.php?article604 


    votre commentaire

  • L'injustice est un poignard dans notre Ego.
    La douleur profonde, lancinante est nourrie par le revécu de ce moment de souffrance.
    Baigné et re-baigné dans le film de cet instant de douleur qui tourne en boucle dans notre tête.
    Que peut-il se passer ?

    -1- Victime de l'injustice, l'Ego ne peut pas supporter cette attaque qui le remet en cause. La haine et la colère grandissent et arment une attaque défensive... La violence émerge...
    (solution trés rarement gagnante, et à trés hauts risques)

    -2- Victime de l'injustice, l'Ego peut supporter cette attaque et tente de rétablir la vérité. Il a converti son énergie de colère en action positive. Il apporte preuves et arguments pour retourner la situation.
    Il peut convaincre ou échouer.
    Qu'il ait tort ou raison, que la vérité soit de son côté ou pas. Il est trés difficile de rétablir la vérité lorsque les personnes “jugeantes” sont persuadés de détenir la vérité. Car l'Ego s'accroche à l'opinion. La vérité n'importe plus, seule la survie de L'Ego compte et il fera tout pour se défendre. Une lutte d'Egos où la vérité n'a que trés peu de place...
    (solution rarement gagnante, beaucoup de temps et d'énergie dépensées, (perte finale encore plus difficile à supporter pour l'Ego))

    -3- Victime de l'injustice, l'Ego peut supporter cette attaque. On l'observe attentivement lui offrant toute notre attention, compassion et amour. Sa puissance réactive baisse et le film du moment de souffrance ne tourne plus en boucle. Il lache prise et accepte la vie telle qu'elle lui est offerte. Il  se remet entre les mains de la foi. La conscience est calme et ancrée dans le moment présent.  (Solution gagnante sur le plan personnel évitant toutes les conséquences négatives des solutions (1) et (2))

    Injustice.... basée sur quelle Vérité?

    Protagoras
    “Ce que l'homme appelle vérité, c'est toujours sa vérité, c'est-à-dire l'aspect sous lequel les choses lui apparaissent.”

    Zoé Valdés
    “La vérité ne dépend pas de la façon dont elle est dite,mais de la façon dont elle est interprétée.”

    Nietzsche
    “Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.”

    Sri Nisargadatta Maharaj
    “Très peu de personnes en ce monde peuvent raisonner normalement. Il existe une terrible tendance à accepter tout ce qui est dit, tout ce qui est lu, accepter sans remettre en question. Seul celui qui est prêt à remettre en question, à penser par lui-même, trouvera la vérité ! Pour connaïtre les courants de la rivière, celui qui veut la vérité doit entrer dans l'eau.”

    “La vérité spirituelle est universellement vraie et sans variation à travers le temps et l'espace. Elle amène toujours la paix, l'harmonie, l'accord, l'amour, la compassion et la pitié. La vérité peut-être définie par ces qualités. Tout le reste est une invention de l'ego.”


    votre commentaire
  •  
    Karma: “Action“ Le karma est à la fois le pouvoir latent contenu dans
    les actions et le résultat de ces actions. Il explique les différences extrê-
    mes et extraordinaires qui existent entre les uns et les autres. Il est im-
    portant de ne jamais oublier que la portée de nos actions dépend entiè-
    rement de l'intention ou de la motivation qui les anime, et non de leur
    ampleur.
    C'est notre motivation, bonne ou mauvaise, qui détermine le fruit de nos
    actions.
    Tout ce qui nous arrive aujourd'hui est le reflet de notre Karma passé. Il
    n'est pas une fatalité, il n'est pas prédéterminé, il est créateur parce que
    nous pouvons déterminer notre façon d'agir et la motivation qui l'anime.
    Nous pouvons changer, l'avenir est entre nos mains, dans notre
    coeur.Les êtres humains peuvent être semblables quant à leur appa-
    rence, mais chacun perçoit pourtant le monde de façon foncièrement dif-
    férente. Chacun vit dans son propre monde individuel, exclusif et distinct.
    Le Karma ne doit jamais être confondu avec une soi-disant “justice mo-
    rale“, avec la notion de “récompense“ ou de “punition“, car cette idée
    proviendrait de la conception d'un être suprême, d'un Dieu qui juge, d'un
    législateur qui déciderait de ce qui est “bien“ ou “mal“, il n'a rien à voir
    avec une justice qui serait rétributive. Le Karma est une théorie de cau-
    ses et d'effets, d'actions et de réactions. Toute action qui est appuyée sur
    une volition produit ses effets, ses résultats.
    Les empreintes laissées par les actes négatifs ne sont pas, quant à el-
    les, irrémédiables. Il est possible de s'en défaire dans le présent grâce
    au regret et au désaveux. Les empreintes sont alors neutralisées et leur
    résultat karmique ne se produira pas. En revanche, faute de regret et de
    désaveux, les empreintes négatives laissées telles quelles grandissent
    chaque jour. Un petit acte négatif accompli aujourd'hui, si nous ne le
    désavouons pas, crée dans notre esprit une empreinte qui devient cha-
    que jour plus profonde. Un peu comme l'argent que nous déposons en
    banque produit chaque jour des intérêts. Mais dans ce cas, les intérêts
    travaillent contre nous jusqu'à ce que nous les touchions sous la forme
    d'une grande souffrance.


    GLOSSAIRES BOUDDHIQUES
    Compilation réalisée par Gilles PRIN
    http://www.rigpafrance.org/spip/article.php3?id_article=74


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires